GRENOBLE : La visite de Mauricio Meza (père et fils), le 15 septembre


Mauricio était donc là, avec ses 2 enfants, Maurico junior, 17 ans, Mariela, 20 ans (qui démarre des études à Lille). Une douzaine de parrains-marraines ont pu participer à cette rencontre, et Mauricio les en remercie.
Mauricio (père) nous a présenté une activité en pleine croissance pour l'association, le microcrédit dont la double vocation est :

- de permettre à des petits artisans et commerçants des quartiers défavorisés d'investir pour développer et/ou consolider leur activité et aussi à des familles de passer un cap difficile.
- par les revenus financiers de cette activité de prêt, de contribuer au financement des activités médico-sociales de l'association.
Pour en savoir plus, voir l'onglet nos partenaires
Ensuite, Mauricio (fils) nous a parlé des enfants du Comedor, puisqu'il les visite régulièrement : une fois par semaine pendant sa période de cours, et plus lors des vacances. Il nous a présenté un diaporama avec des photos des enfants, et décrit brièvement leur histoire personnelle, souvent compliquée. (disponible sur le site internet de PPJ)
Nous avons ensuite échangé sur :
- les difficultés à stabiliser du personnel, du fait d'une rémunération faible liée à nos moyens. Mais les anciens, Manuel gardien du centre de santé, qui vit sur place avec sa famille, et Susana la cuisinière assurent la continuité ; ils sont des piliers de ce programme.
- le turn-over des enfants, pour des raisons diverses, familiales et/ou en lien avec leurs conditions de vie (nécessité pour certains de travailler pendant les vacances, voyage avec les parents pour chercher du travail ailleurs, ou difficultés à se conformer au cadre de l'association...)
- la relative "paupérisation" du programme, qui conduit à recevoir un peu moins d'enfants (25 au lieu de 30) qu'au début malgré un nombre assez constant de parrainages (une trentaine). Cela est dû à 2 raisons essentiellement : l'augmentation du coût de la vie au Pérou et particulièrement une augmentation importante du prix des denrées alimentaires (environ x1.5 à 2 par rapport à 2007), et la baisse du taux de change de l'euro (1 euro valait 4 soles en 2007, et il vaut maintenant 3.2 soles).

Ces 2 phénomènes se cumulent pour aboutir à une diminution du pouvoir d'achat liés à vos versements. Pour corriger cette tendance, il faudrait donc, soit augmenter le montant des parrainages (si vous souhaitez-pouvez le faire, contactez moi), soit augmenter le nombre de parrains (je vous encourage à en parler autour de vous, n'hésitez pas à donner mon contact, cf bulletin de parrainage en pièce jointe) .
Malgré ces quelques soucis, le comedor reste une "activité" qui fonctionne bien, très dynamique, et qui apporte beaucoup de joie à ceux qui l'animent et de sourires aux enfants qui en bénéficient et, pour cela nous vous renouvelons nos sincères remerciements. Sachez que les enfants ont une réelle gratitude envers vous : même s'ils ne vous connaissent pas, ils savent l'importance de votre geste pour eux.
Annie Repellin