A EMMERIN, Pérou Peuples Jeunes, ce sera plus qu'une expo-vente, ce week end.

Patrick Boilot est l’actuel président de l’association wambrecitaine Pérou Peuple Jeunes invitée, pour la quatrième fois, par la ville d’Emmerin à l’occasion de la traditionnelle expo-vente artisanale qui aura lieu les 7 et 8 décembre, à l’espace Étoile. 
Patrick Boilot, avec son association Pérou Peuples Jeunes, fait en quelque sorte de « l’alternance » avec le père André-Marie. Ce sont, en effet, deux personnes « au cœur gros comme ça » vouées à la cause humanitaire. Si, pour André-Marie, toute l’action va vers Madagascar et le père Pedro, pour Patrick Boilot, la destination est le Pérou, les bidonvilles d’Arequipa, la deuxième ville la plus peuplée du pays.
Le président de Pérou Peuples Jeunes (PPJ), investi dans ses fonctions il y a trois ans, a connu l’association précisément lors d’une vente artisanale alors que sa fille, Sarah, adoptée au Pérou, avait quatre ans.
L’envie d’entrer en action s’est de suite déclenchée chez ce père de famille. « On essaie de faire des présidences tournantes », confie-t-il, car pour lui comme pour les autres membres de Pérou Peuples Jeunes, ce sont, avant tout, les actions menées qui comptent. Et le responsable de rappeler quand même que cela fait « trente ans d’aide auprès des bidonvilles».
Des actions renforcées avec d’autres partenaires

« On essaie d’élargir notre rayon d’action », confie Patrick Boilot, heureux de voir son souhait prendre forme grâce à l’aide de nouveaux partenaires. « Notre partenaire historique est le Centro accion », explique le responsable. Tout en enchaînant, sur les nouveau-venus : «Cette année, le projet principal commun a été d’acheter, en remplacement de l’ancien véhicule, un minibus de 10 places. Nous avons pu le finaliser grâce au partenariat de l’Association franco-péruvienne d’aide au développement basée à Grenoble. » Ces deux associations sont engagées dans un centre de santé, mais « ce partenariat a permis de mieux rentabiliser l’achat du bus ».
Pérou Peuples Jeunes bénéficie aussi du soutien d’un mécène un peu moins récent : il s’agit du centre expérimental Talleres Artisticos, géré par une association allemande, et dont le but est de sortir les gamins de la rue, en les intéressant à des activités artistiques et en leur apportant un soutien scolaire. « Nous, on vient les aider avec des petites actions d’investissement », confie Patrick Boilot en citant les toboggans et balançoires entièrement financés par l’opération « carême » au sein de l’institution Saint-Paul à Lens.
Dans son souhait de s’élargir, Pérou Peuples Jeunes a tissé des liens récents également avec Cajamarca et une troisième association Allin Kawsay : « Cette année, avec ce nouveau partenaire, on a installé des douches solaires », explique encore le président, avant d’ajouter : « Mon rôle est d’essayer de diversifier nos sources de financement en France, mais aussi les projets au Pérou pour ne pas compter que sur un seul partenaire. On s’attache également à ce que tous les projets débouchent, ensuite, sur une autonomie des aidés. »
Un rayonnement régional
Pérou Peuples Jeunes, association wambrecitaine, est loin d’être éloignée de nous et elle connaît un rayonnement régional. La preuve : les bénévoles de l’équipe étaient, il y a moins de quinze jours, à Esquelbecq. « Pendant des années, nous avons vendu de l’artisanat péruvien au Touquet », ajoute Patrick Boilot. Des objets vraiment issus du Pérou. De la poterie, des instruments de musique, des tissages et notamment des mantas, comme on en trouvera à Emmerin le week-end prochain. Et Noël étant proche, il y aura, bien entendu, des crèches fabriquées main. « C’est de l’artisanat traditionnel péruvien, mais on essaie de varier», précise le responsable de PPJ.
Les Emmerinois et les visiteurs des communes environnantes ne seront pas déçus parce qu’il y en aura, en plus, pour toutes les bourses : de 3 € à 50-80 €. Dans le même temps, d’autres bénévoles seront à Quesnoy-sur-Deûle pour également une expo-vente sur une péniche.
Les opérations de PPJ dans le secteur sont nombreuses : outre les expos artisanales, il y a la vente de calendriers (6e édition), et les opérations « carême » dans les établissements scolaires : « On essaie d’impliquer la pastorale, le directeur, les profs d’espagnol... », précise Patrick Boilot avant de dire que le cheval de bataille de cette fin d’année sera l’opération Les Muselets du cœur (voir ci-dessous). Tout cela pour une nouvelle mission pour 2015 qui sera discutée en réunion.
Expo-vente à Emmerin
Elle aura lieu les 6 et 7 décembre prochains, à l’espace Étoile..
L’association Pérou Peuples Jeunes y présentera de l’artisanat péruvien traditionnel.
Le vendredi 6 décembre, à 18 h 30, dans la salle du conseil municipal, PPJ proposera une vidéo-projection qui permettra de mieux se rendre compte du travail réalisé par l’association.
Madagascar aussi : l’association emmerinoise M’Madagascar a été associée à ce temps fort humanitaires et tiendra, elle aussi, un stand.
Qui sont les Muselets du cœur ?
Action-phare : En cette fin d’année, pour l’association Pérou Peuples Jeunes, un muselet (la « cage » en fil de fer dont on coiffe les bouteilles) de champagne (mais ça marche aussi avec le pétillant et même le Champomy pour faire participer les enfants) devient un lien de solidarité au-delà de l’Atlantique.
Réussite : En quatre ans, le succès a été évident puisque pas moins de 3 610€ pour 4 561 capsules ont été récoltés, occasionnant quelque 251 transactions auprès des collectionneurs. Beaucoup de personnes, après et durant les fêtes, jettent bouteilles vides de champagne et leur bouchon encore encerclé du muselet. Sans penser aux collectionneurs, ni même aux associations qui, en récupérant les capsules, peuvent réussir à collecter des fonds pour financer des actions.
Du bonheur pour tous : En 2011, la collecte a fait plaisir à 26 placomusophiles (qui ont acheté 906 muselets) et Pérou Peuples Jeunes a, de ce fait, pu prendre des contacts avec un club de collectionneurs de la région lilloise.
Devenez collectionneur « relais » : C’est l’invitation que lance PPJ en expliquant que la collecte de 700 muselets permet d’assurer le parrainage d’un enfant péruvien pendant un an. Des étiquettes à mettre autour de bouteilles en plastique coupées pour recueillir les capsules sont à disposition auprès de l’association et téléchargeables surwww.assoppj.fr (pour toute information : assoppj@gmail.com).